Transmettre et laisser vivre

wpid-img_20151107_185838.jpg

Ce soir ma grande est au théâtre, une chance pour elle de s’ouvrir à autre chose que les Marseillais en vadrouille et j’en passe et des meilleurs.
Je suis résolument heureuse de l’opportunité offerte par son lycée d’accéder à une culture que je me suis toujours refusée, pensant que sortir de la middle classe, c’était oublier d’où je viens.
Heureusement la vie n’est pas toujours un éternel recommencement, la serrer contre mon coeur me suffira à lui indiquer le chemin de l’éternel refuge.
Je vous laisse le coeur rempli d’espoir pour l’avenir, sur toutes les portes qu’elle ouvrira, sans jamais tenir compte du point de départ, les yeux rivés sur le panneau « Arrivée »!

Publicités

Faux départ !!!

IMG_4409

Sac check, musique dans le portable et écouteurs check, sac de sport check, document à faire remplir check, fringues check…

Comme vous pouvez le constater, tout était prêt comme jamais, fignolé au millimètre pour la reprise du boulot aujourd’hui !!! Mais voilà une méchante crève aura eu raison de ma grande chérie, et pour pimenter le tout, quelques graines d’asthme, sinon it’s not fun !

Beaucoup s’accordent à dire que l’asthme est souvent un signal psy, une forme de somatisation de ce qu’on a dans la tête… Ce qui me met mal à l’aise, ça n’est pas tant cette forme de somatisation, car je sais bien ce qui se trame dans cette jolie tête… ce qui me dérange, c’est toujours la fameuse question « jusqu’où? »

Jusqu’où ma fille a la crève, jusqu’où l’asthme est en train de prendre le dessus, jusqu’où je dois lui dire qu’elle somatise, jusqu’où je vois bien qu’elle s’étouffe, jusqu’où je vois bien que son nez coule aussi, jusqu’où on peut aller dans la responsabilité du psychique chez une ado ??? Où commencerait sa liberté alors ? Jusqu’où aller dans la tendance à coller sur elle un mal associé à du psy ??Est-ce lui rendre service ? Un rhume n’est pas un signe de névrose, une crise d’asthme, oui peut-être?!!!?

Bon comme vous pouvez le constater, cette question est une immense nébuleuse pour moi !!! Si le cœur vous en dit, je suis assez d’accord pour recueillir vos commentaires, et du coup votre expérience en la matière.

Je vous souhaite une bonne journée !

En ce qui me concerne, je me dirige avec ma grande chez le docteur qui soigne les bobos du corps, en attendant patiemment le rendez vous chez le docteur qui soigne les bobos du cœur…

P.S : En photo, nos deux grands qui cheminent bras dessus, bras dessous… Ça s’appelle de la prévention, ou un sacré capital d’amour dans la vie !

Mon 1er yoga on the beach…

wpid-img_20150913_223105.jpg

Ayant tenu parole (complètement inconsciente) de suivre ma grande au cours de yoga sur la plage du Prophète à Marseille le samedi matin,  nous voilà parties, accompagnées de ma nièce.

Sac check, eau check, rabanne check, serviette check, sexy je fais du yoga check !!!
Arrivées sur la plage quasi déserte, la prof : une sublime indi, tanquee de la mort qui tue en legging et veste fluo jaune comme un soleil, nous attend avec un sourire ultra bright rivé sur les lèvres.
Elle nous accueille très chaleureusement, ce qui me permet de lui glisser, l’air de rien, que c’est mon premier cours, au cas où les deux semaines de cardio que j’ai derrière moi, n’auraient pas produit leur effet !!!
Chacune s’installe, autour d’elle comme des rayons, autour du soleil.
Les premiers mouvements sont très agréables mais déjà, je me rends compte que je suis montée à l’envers.
En effet, il semblerait que je sois la seule personne sur cette terre, à croire que lorsqu’on respire avec le ventre, lorsqu’on inspire on rentre le ventre et lorsqu’on expire on gonfle le ventre… alors que c’est véritablement tout l’inverse!
Pourquoi je m’interroge encore sur mon premier accouchement qui a duré 13 heures !!!
Je commence à  avoir chaud mais les mantras qu’elle fredonne, le soleil et le vent qui caressent mon visage, me font tout oublier…
Enfin presque tout jusqu’à la position du chien  (cf photo) ! J’ai découvert que sous mes graisses, certains muscles subsistent encore.
Je n’étais plus du tout sexy. A ce moment précis, seuls mes bourrelets étaient fouettés par le vent. Comme elle m’a indiqué une position dans laquelle me mettre si je n’arrivais pas à faire ce qu’elle m’indiquait, j’ai passé la moitié du cours en boule. Je suais sa mère, dès que j’essayais de tenir. Et constatant que j’ai clairement que dalle dans les bras, j’ai essayé de reporter mon poids sur mes jambes. Moment d’anthologie, où j’ai entendu ma rabanne se déchirer. Bien fait pour ma gueule la prochaine fois, j’irai avec un tapis de yoga! !! Et puis comme me l’a indiqué mon mari : elle était vieille la rabanne!
Je crois que j’ai entendu ma fille se pisser dans la culotte, juste avant de me réveiller au milieu de mon filet de bave, après la relaxation! Là bizarrement je n’ai eu aucun mal à suivre les consignes! !!
Je conseille donc à toutes les filles qui n’ont ni muscle, ni ego de se mettre au yoga !
Aujourd’hui je peux dire que le yoga c’est pas sexy !
Mais voilà j’ai fait une promesse d’engagement à ma fille… Reste à savoir si mon amour maternel  abattra mon ego !
Je vous raconte tout ça très vite…

La Main qui tient le stylo…

wpid-img_20150624_175850.jpg

Ça c’est ma main. La main qui tient le stylo… elle n’est pas bien sophistiquée, mais elle a toujours été le vecteur sans faille,  celle qui retranscrit tout ce que j’ai dans le coeur…
Ce matin,  en sortant du métro,  je me suis demandée pourquoi j’allais bosser, pour un salaire qui était déjà englouti…
Je me suis plu à imaginer prendre la fuite.  Juste une journée comme ça,  une journée volée au travail,  au quotidien,  au bruit,  à la vulgarité,  à la puanteur des transports, à l’exaspération… une journée où plus rien de tout cela n’existerait…
Et puis je n’ai pas eu le courage.
Je suis montée dans le tram,  tout en me plongeant dans « la valse lente des tortues ». Cette vie n’était plus la mienne,  j’étais plongée au milieu de la vie des personnages.
Et je me suis evadee si loin…
Ça m’a fait du bien.
J’aime écrire et j’aime lire aussi…
Vivre d’autres vies et m’échapper.
Quelqu’un frappe à la porte. La petite Louise me réclame.  Je vous laisse…

Dans la salle d’attente…

image

Je me retrouve à nouveau dans cette salle d’attente, si familière…

La promiscuité m’oblige à entendre la conversation de ma voisine de droite. Ses chuchotements m’irritent les tympans. Son mec mâche du chewing gum,  tel un bovin qui découvre son pré. … Le bruit du trajet de la salive dans sa bouche accompagne tout le reste. J’ai juste envie de le claquer.

Si je m’éloigne d’eux, je me souviens que c’est la clinique qui a vu naître mes deux filles.  La même clinique qui a vu partir mon deuxième enfant…
Des tas de femmes viennent ici en espérant voir la graine pousser… d’autres prient pour apprendre que leur crédit à la banque de la vie,  a été renouvelé…

Je me retrouve ici ce soir,  sans trop savoir ce qu’il m’arrive.  Je suis donc un peu angoissée. Mon batard de voisin a enfin abandonné son chewing gum pour un autre…

Le rose des murs de la clinique fait écho aux prospectus présentés sur le comptoir du secrétariat,  qui expose la lutte contre le cancer du sein. Le cheminement de ma pensée,  me conduit directement vers toutes celles, que je porte dans mon coeur,  et qui ont eu un jour à lutter contre cette saloperie. Une femme atteinte en son sein… tout ce qu’elle a de plus intime et de plus fragile aussi…
J’ose à peine imaginer lorsqu’il s’ agit d’une ablation.  Heureusement aujourd’hui, entre les progrès et la reconnaissance du traumatisme causé au niveau psychique, on peut parler de « reconstruction ».
C’est étrange ces termes médicaux… comment peut on parler de reconstruction,  lorsqu’on t’a arraché un morceau de ta chair,  attaquée par le crabe?
C’est un peu comme lorsque j’ai signé un consentement pour l’interruption médicale de grossesse,  pour un enfant non viable… avais je vraiment le choix…

Oui… Le choix de me reconstruire effectivement.

Je reste convaincue que la femme endure dans sa chair,  des choses qui dépassent la compréhension humaine et l’entendement.  Je crois que si ce petit billet ne servait pas à tuer l’ennui,  et à me détourner de mes angoisses, il devrait probablement servir à vous dire, comme il est important de se faire suivre régulièrement, et de ne pas rechigner à l’idée de passer une mammographie.
Associées,  à tout cela,  je pense à toutes celles qui ont combattu,  et à toutes celles qui se battent encore et encore… et aux familles aussi…
http://www.cancerdusein.org/

Je vous serre très fort toutes dans mes bras…

P.S v2 : je viens de discuter avec une patiente qui a gagné… je vous laisse imaginer son sourire…

Celles que j’aime : Claire Naa

IMG_0607

Je viens vous parler, des femmes que j’admire… ce matin : Claire NAA.

Je ne sais pas si c’est lié à la peur du handicap éventuel quand on porte un enfant, mais pendant toute ma grossesse, je suis souvent tombée sur des petites émissions qui mettaient en lumière les non voyants… Ce n’est pas un mauvais jeu de mot de ma part, mais j’ai vraiment appris à découvrir le courage et l’obstination de ces personnes, et bien souvent j’ai quitté mon petit écran, en ayant pris une déculottée, sans même m’en rendre compte.

Ce matin, c’était reparti… une nouvelle émission plus tard, et j’ai découvert une formidable créatrice de bijoux : Claire NAA.
Parmi ses créations, il existe une gamme de bijoux qui s’appelle : BRAÏ JEWELLERY :
Les bijoux en Braï

Elle se sert de cette écriture pour habiller ses créations de messages, et c’est juste magnifique.
Souvent on imagine des bijoux qu’un amoureux pourrait nous offrir avec un message d’amour : « je t’aime », « pour toujours »… et là le message peut être aussi passé, pour ceux qui voient le monde avec leurs mains.
Bref une jolie porte ouverte, où le monde de la création vient caresser celui du handicap, pour le toucher à son tour.
Une très belle initiative !

Pourquoi ne pourrait-on pas porter le « tu me manques » d’un amoureux autour du cou, alors que l’amour éclaire tous les êtres humains ??? Y compris ceux qui n’ont jamais vu la lumière, mais qui pourtant, la porte bien au fond d’eux…