Notre corps ne ment jamais Alice MILLER

20160629_115154-01

Au chapitre des bouquins, que la sécurité sociale pourrait rembourser il y a celui-ci
Notre corps ne ment jamais d’Alice MILLER (éditions Champs essais), en ce qui me concerne.

Dans les rayonnages de notre librairie marseillaise MAUPETIT, ce qui m’a attiré vers ce petit ouvrage par un joli après midi de printemps, c’est avant tout le titre, comme c’est souvent le cas pour chacun d’entre nous.

Après plusieurs mois de thérapie en effet, où j’ai découvert pas mal de choses sur mon histoire, et sur ce qu’elle a induit comme réflexes en moi, je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi mon corps n’écoute pas ma tête. Et bien tout simplement parce que c’est mon cœur, qui reprend toujours le dessus sur ma raison… En ayant essayé de nombreux régimes, pour évoquer le symptôme qui m’ennuie le plus, et après avoir sombré quelques mois plus tard une bonne dizaine de kilos perdus, dans la spirale de la reprise de poids, cette lecture est tombée à point nommé.

Alice MILLER, évoque dans son livre comment le dernier commandement « Tu honoreras ton père et ta mère », met en échec bon nombre de thérapies suivies par des enfants maltraitées, où les thérapeutes dictent à leurs patients que pour trouver la Paix, il faut pardonner aux parents maltraitants.

Elle indique un autre chemin, et parle du poids que cette posture thérapeutique engendre, et de la survie ou de la résurgence des symptômes inhérents, à la « pédagogie noire ». C’est une véritable avancée, qui fut longtemps décrié par ses pairs. A travers différents cas, y compris certains glanés chez les auteurs qui ont marqué la littérature, elle éclaire son raisonnement.

Ce qui a vraiment fait écho avec mon expérience dans cet ouvrage, c’est la nature des symptômes et ce qu’ils traduisent. Je vous rassure je ne suis pas une enfant battue, mais mon parcours a malheureusement été jalonné de mauvaises rencontres…

On est pas obligé d’aimer les personnes qui nous maltraitent… sacrée découverte, et sacré travail à accomplir encore !

Bref, je vous conseille vivement de courir vous procurer ce livre, pour vous sauver la vie, et peut-être même celle de vos enfants et des générations à venir.

En tous les cas, pour moi il est clair que cette rencontre avec Alice MILLER, aura contribué à définitivement changer mon regard sur mon histoire personnelle, et plus loin encore, a essayé de devenir moi-même…

Excellente lecture !

Publicités

La valse lente des tortues… un joli roman de plage

wpid-screenshot_2015-07-05-21-34-03.png

Avec un demi siècle de retard,  et après avoir dévoré les yeux jaunes des crocodiles, j’ai été très vite happée par le tome 2 de cette trilogie familiale.
Ici, il s’ agit plutôt d’une enquête…
L’héroïne,  Josephine,  mère célibataire et maître de conférences,  se débat avec un ex mari ultra loose,  qui refait surface,  une mère qui ne l’a jamais aimée,  une soeur complètement barrée,  et l’amour…
On a envie de voir comment elle se depatouille avec tout cela, très vite pris dans le feu de l’enquête qui est menée…
Il est très intéressant de voir comment K. Pancol fait évoluer la psychologie de son personnage principal.
Josephine,  elle nous ressemble par certains côtés, et nous rassemble du coup…
Un ouvrage de comptoir très sympa.
Je commence bientôt le tome 3. Je vous en parlerai.
Rdv très vite pour mes découvertes musicales à tomber par terre.
Sinon,  hydratez vous !!! A très vite !

La preuve du Paradis Dr Eben ALEXANDER

wpid-img_20150505_212305.jpg

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce témoignage ne m’a pas laissée indifférente…
C’est un neurochirurgien, qui raconte son expérience de mort imminente.
Il s’agit d’un sujet, sur lequel je ne me serais jamais penchée en temps normal.  Mais ce livre est un cadeau, alors je me suis lancée. Je me suis souvent dit que les personnes qui se risquent à écrire sur après la mort,  sont des charlatans.
Mais si l’on considère que ce brillant scientifique a risqué de perdre tout crédit aux yeux de ses confrères,  suite à son récit,  il est aisé de reconsidérer la question.
Aussi à chaque dérive possible, un argument scientifique vient appuyer l’expérience de cet homme dans l’haut delà.
Je ne dis plus que c’est impossible. Aujourd’hui j’ose dire que je ne sais pas.  Comment la conscience peut – elle disparaître?  Quel est le parcours que l’on emprunte lorsqu’on quitte notre enveloppe charnelle? Comment survivre alors que l’on est condamné à 97% par le corps médical?  Quelle forme de sérénité et sous quelle forme serons nous vivants dans l’éternité? ??
Tous ces points sont autant de questions abordées dans ce livre très agréable à lire,  de surcroît.
Il me reste une certitude en tous les cas, quelque chose qui m’a ré – confortée dans mes convictions,  on a tout à gagner à faire le bien et à aimer sur cette terre, où nous ne sommes que de passage.
Je continuerai donc à être une vraie gentille,  puisque c’est ainsi que je suis née,  même si parfois j’ai l’impression d’être inadaptée au monde dans lequel je vis.
Je ne sais pas si c’est le fait de vieillir ou de chercher des réponses qui m’apaisent,  mais tout ce que je découvre me pousse chaque jour un peu plus, à être moi…

Vivre sans pourquoi Alexandre JOLLIEN

wpid-9782021054217.jpeg

Lorsque j’ai pensé à ce changement de job, comme tout être humain qui se respecte,  j’ai pesé le pour et le contre…
Une des raisons de ma motivation s’ est aussi enracinée,  je l’avoue,  dans le fait de lâcher ma voiture et de reprendre les transports en commun, pour pouvoir lire sur le trajet…
C’est ainsi que très vite, mon chemin croisa pour la troisième fois,  la route d’Alexandre JOLLIEN. ..

VIVRE SANS POURQUOI. ..arrêter de se poser des questions,  savourer l’instant présent,  aimer sans arrière pensée,  méditer… On pourrait croire au premier abord que l’entrave principale de ce brillant auteur,  est son handicap physique… que nenni mes Amies.  Son principal handicap,  celui qui l’empêche d’avancer dans la vie: c’est son esprit.
Le truc qui t’empêche d’être à un seul endroit à la fois,  le truc qui t’empêche de vivre sans chercher l’approbation de tes congénères,  à chaque fois.  Le truc qui te fait dire punaise j’aurais du répondre autre chose…
Je ne parle pas du très à la mode « lâcher prise » je parle de CHOISIR DE VIVRE L’INSTANT QUI SE PRÉSENTE À MOI SANS ME PRÉOCCUPER DES CONSÉQUENCES OU DE CE QUE JE CUISINERAI CE SOIR !!

Une vraie leçon donc, pour ce chemin de vie, que j’ai choisi et à l’issue de laquelle,  je me suis rendue compte que c’est moi qui suis handicapée…
Une révélation profonde. Je vous le conseille sincèrement. ..